Menu Fermer

Day With(out) Art 2019 : Still Beginning

The 30th Annual Day With(out) Art

dim. 1 décembre 201901.12.19
19H30—21H00
Le Hang'Art
Tarif
Entrée libre

À l’occasion du trentième Day With(out) Art, Visual AIDS a commandé STILL BEGINNING, un programme de sept vidéos sur l’épidémie actuelle de VIH/sida réalisées par Shanti Avirgan, Nguyen Tan Hoang, Carl George, Viva Ruiz, Iman Shervington, Jack Waters/Victor F.M. Torres et Derrick Woods-Morrow.

Les sept court-métrages portent sur des sujets allant de la lutte contre la stigmatisation à la Nouvelle-Orléans à la culture du sexe en public à Chicago, et mettent en lumière des activistes pionnier-ères de la lutte contre le sida et des conversations intergénérationnelles. Rappelant l’appel de Gregg Bordowitz selon lequel “LA CRISE DU SIDA EST TOUJOURS ENCORE DE DEMARRER”, le programme vidéo résiste aux récits de résolution ou de conclusion, considérant l’urgence continue du VIH/SIDA dans le moment contemporain tout en revisitant les histoires culturelles résonnantes des trois dernières décennies.

VIDEOS

DERRICK WOODS-MORROW, MUCH HANDLED THINGS ARE ALWAYS SOFT (LES CHOSES MANIPULÉES SONT TOUJOURS DOUCES)

Much handled things are always soft met au jour les histoires non écrites et non documentées de la culture du sexe public dans le quartier sud de Chicago. À travers une conversation avec Patric McCoy, un survivant de longue date, le film retrace l’apogée de l’activité dans les années 1970, la chute de la culture du cruising dans les années 1980 et la chaleur estivale qui continue de régner. Ensemble, McCoy et Woods-Morrow réfléchissent à leur relation avec le cruising, la photographie et l’autre ; ils tentent de combler le fossé entre ce qui était et ce qui reste à explorer.

SHANTI AVIRGAN, BEAT GOES ON

Beat Goes On est un portrait impressionniste de l’activiste Keith Cylar (1958-2004), cofondateur de Housing Works et figure centrale de la AIDS Coalition To Unleash Power (ACT UP) NY. Cylar parlait clairement, fréquemment et avec force morale des luttes des personnes vivant avec le VIH/sida dans la ville de New York, dont beaucoup étaient appauvries et aux prises avec de multiples problèmes sociaux et médicaux. Sa franchise à propos de sa propre consommation de drogues et la centralité de la lutte contre la criminalisation des drogues pour l’activisme contre le sida rendent l’héritage de Cylar particulièrement résonnant et pertinent à l’heure actuelle. Un collègue activiste de la réduction des risques se souvient que “Keith est passé du contact avec le gouvernement, à la menace du gouvernement, puis à l’attaque du gouvernement - tout cela en l’espace de cinq minutes”. En faisant resurgir et en tissant ensemble des archives des propres paroles et actions de Cylar, cette vidéo s’efforcera de transmettre - en l’espace d’environ cinq minutes - une partie du charisme personnel, du sens politique et de l’intrépidité qui caractérisaient le plaidoyer de Cylar.

CARL GEORGE, THE LIE

The Lie est le dernier d’une série de courts métrages réalisés par Carl George à partir d’images trouvées et de matériaux provenant des archives de l’artiste. Proposant des “ruminations sur des nations en ruine”, le film vise à exposer les liens entre la guerre, le sida, le capitalisme et les mythologies persistantes qui les lient tous.

VIVA RUIZ, CHLOE DZUBILO : THERE IS A TRANSOLUTION

Viva Ruiz invite Chloe Dzubilo (1960-2011), militante transgenre contre le sida, artiste et amie bien-aimée, à s’exprimer par le biais de séquences Hi-8 inédites filmées par Kelly McGowan, alors partenaire de Chloe, dans les années 1990. Le processus triangule la mère (Chloe), l’amant (Kelly) et l’enfant (Viva) dans un rituel délibéré pour élever l’esprit et l’héritage d’un maître ancestral. Grâce à des artefacts datant de l’époque où la vidéo est devenue accessible et avant que les caméras des téléphones portables ne deviennent omniprésentes, nous voyons Chloe se déclarer, ainsi que ses sœurs, comme des leaders de l’art, de la défense des droits et de la culture pour toujours.

JACK WATERS/VICTOR F.M. TORRES, (EYE, VIRUS)

À travers un collage expérimental de vidéos et de pictogrammes, (eye, virus) explore la manière dont les conversations sur la divulgation, la stigmatisation et la réduction des risques évoluent d’une génération à l’autre et du domaine public au domaine privé. Combinant des interviews de rue avec des séquences d’un spectacle punk et d’un site de dépistage mobile, la vidéo met l’accent sur le plaisir et la communauté tout en élargissant la conversation autour du VIH pour inclure l’hépatite C et l’épidémie d’opioïdes. (eye, virus) s’étend de la documentation d’un programme public de 2017 intitulé AIDS OS Y Version 10.11.6, et est produit en collaboration avec Nikki Sweet.

IMAN SHERVINGTON, I’M STILL ME

I’m Still Me explore comment les plateformes numériques ont créé une communauté et des connexions pour Sian, une femme noire vivant avec le VIH et naviguant dans la stigmatisation et la désinformation qui prévalent dans le Sud américain. Grâce à son blog, à ses comptes de médias sociaux et à ses plateformes vidéo en ligne, Sian est en contact avec des femmes noires (majoritairement hétérosexuelles) qui lui envoient des messages, lui posent des questions et partagent leur expérience de la stigmatisation et de la peur, tout en créant une communauté qui n’existait peut-être auparavant que dans l’ombre.

NGUYEN TAN HOANG, I REMEMBER DANCING

I Remember Dancing réunit une distribution intergénérationnelle de “gaysiens trans et queer” qui ruminent le passé et l’avenir du sida, de l’activisme, de la culture gay, de l’amour et du sexe (non) protégé. Inspirées des poèmes I Remember de Joe Brainard, ces confessions éclairent les perspectives des communautés asiatiques homosexuelles souvent absentes des récits blanchis du VIH et du sida. Le chagrin, le regret, la nostalgie, le risque et le plaisir apparaissent à mesure que leurs souvenirs et leurs fantasmes se confondent.