Menu Fermer

A Lack of Clarity

Stefan Kruse Jørgensen

PF
Pays
Danemark
Année
2020
Format de projection
Numérique
Durée
23'
Diffusé dans Compétition #1.

Synopsis

L’éclairage public traverse la nuit d’une ville moderne. Un écran d’ordinateur maintient l’espace urbain dans un état d’insomnie permanent, où le jour et la nuit ne se distinguent plus.

Documentation

CJC

Pouvez-vous expliquer le processus technique que vous avez utilisé pour ce film ?

STEFAN KRUSE JØRGENSEN

Ce film est un film de found footage, donc la partie technique est assez simple, mais je peux peut-être vous en dire plus sur ma façon de travailler sur ce projet.

En réalisant ce film, j’avais envie de parler du complexe militaro-industriel. Reconnaître l’existence de cette infrastructure et de cette économie entre les entrepreneurs privés, l’État et l’armée. Du moins, reconnaître son existence, dont on parle rarement. En même temps, je me suis aussi laissé aller à l’intuition dans le processus de réalisation du film, en incluant un récit de ma propre expérience actuelle du monde. De cette manière, j’ai voulu inclure dans le récit final le processus de réalisation du film et l’examen du matériel (et ma propre réponse). 

La Covid a fermé l’Europe à peu près au moment où je terminais le montage du film. Quelques mois plus tard, George Floyd a été brutalement assassiné aux États-Unis, ce qui a déclenché des manifestations massives dont l’une des revendications et des chants était “Defund the police”. Tout cela a définitivement affecté la dernière partie du film et, d’une certaine manière, l’éclat des images. Je m’intéressais déjà au complexe militaro-industriel (policier) et j’ai donc tenu, dans le générique de fin du film, à donner un exemple de la façon dont la situation actuelle alimente aussi énormément cette industrie. Je pense que mon point de départ était l’essor des technologies de surveillance et leur lien avec le complexe militaro-industriel. C’est pourquoi je ne mentionne pas spécifiquement la Covid, puisque ce n’est pas la raison pour laquelle le film a été réalisé. Je pense plutôt qu’elle a façonné mon point de vue sur tous les événements qui se sont produits (et se produisent encore) par la suite. 

Le film s’ouvre sur une voix qui chante Viva Las Vegas d’Elvis Presley dans une version karaoké endormie. La chanson originale comporte des couplets au banjo au rythme effréné et un sentiment général d’insouciance, et l’idée de l’inclure dans le film a commencé un peu comme une blague. Plus tard, pendant la réalisation du film, j’ai regardé de plus près les paroles de la chanson et j’ai trouvé une étrange ressemblance à la fois avec la narration, sur laquelle je travaillais déjà, et avec les caractéristiques de la caméra thermique à laquelle je réfléchissais. La chanson raconte essentiellement comment Elvis se fait avaler par la ville. La lumière vive embrase son âme, il a cessé de dormir et il ne sera plus jamais le même. La chanson s’ouvre sur Bright Light City Gonna Set My Soul, Gonna Set My Soul On Fire et comme le premier chapitre du film parle de la stimulation lumineuse comme outil de contrôle des foules, j’ai décidé d’ouvrir le film avec les mêmes paroles. Pour moi, la lumière, dans ce cas, est un symbole de plusieurs choses. Le film mentionne que la lumière est devenue un symbole de prospérité et de sécurité à la fin du 17e siècle et que, dans cette recherche constante d’illumination, un aveuglement est apparu. Pour moi, cette cécité est également contenue dans les séquences utilisées dans le film - l’homme désorienté qui marche sans but sur le chantier de construction, les personnages surveillés du film en quête constante de divertissement, l’acte permanent de regarder les téléphones (lumière, divertissement, montée d’endorphine) et de prendre des selfies et le simple fait que la société militaire surveille illégalement ces personnes pour créer du matériel de promotion. Les paroles mentionnent également comment Las Vegas transforme le jour en nuit, la nuit en jour, la même dissolution de la nuit et du jour se produit à travers les enregistrements de la caméra thermique.

En ce sens, je pense que Las Vegas est un point de départ géographique intéressant pour une discussion sur la surveillance. Le cliché dit que ce qui se passe à Las Vegas, reste à Las Vegas. Les gens sont attirés par la ville et sa lumière parce qu’elle promet un comportement indompté. À Las Vegas, vous pouvez oublier les futilités de la vie pendant un bref instant et vivre comme s’il n’y avait pas de lendemain, exactement comme Elvis Presley dans la chanson. Une autre réalité vous dira que Las Vegas est l’un des endroits les plus surveillés au monde et que littéralement chacun de vos mouvements sera enregistré et restera à Las Vegas. Je pense que ce schéma est ce qui me fascine dans ces images. En tant que société occidentale, nous voulons être libres en tant qu’individus et, en surface, tout vous dit que nous le sommes, mais en dessous ou, dans ce cas, au-dessus des personnages, il y a un enregistrement silencieux qui se produit.

 

Je pense que j’ai définitivement la nostalgie d’une époque plus indomptée de l’histoire. Les exemples dans le texte d’Elvis Presley ou d’OJ. Simpson sont la représentation d’une époque révolue. Tous deux sont également des représentations d’un autre type d’aveuglement lié à l’industrie du divertissement. Dans le cas d’OJ. Simpson et la scène de poursuite en voiture que je mentionne dans le film, les gens étaient dans la rue pour l’acclamer malgré les preuves accablantes contre lui. Ils l’aimaient pour ses exploits sportifs et pour tous les produits qu’il soutenait - ils l’aimaient à travers l’écran de télévision. 

 

L’idée de la voix-off est cet enregistrement “note à soi” sur un dictaphone. Le dictaphone ajoute aussi au sentiment de nostalgie, il ajoute à une sorte de dissolution du temps, presque comme une bouteille de courrier trouvée sur une plage. L’idée est venue de la texture des images thermiques en échelle de gris et du mouvement des personnages. La texture et la couleur me rappellent les films en noir et blanc des années 50 ou 60. Mais la façon dont les gens se déplacent, l’absence d’ombres et le fait que ces caméras ne peuvent pas traverser le verre, donnent l’impression d’être dans un jeu vidéo contemporain. Ce contraste a certainement inspiré le récit qui se permet de sauter dans le temps et l’espace.

 

CJC

Pourquoi avez-vous choisi une telle esthétique visuelle pour décrire les espaces urbains ?

 

STEFAN KRUSE JØRGENSEN

L’esthétique visuelle de la caméra thermique à longue portée convenait en quelque sorte à la narration de mon film. L’écriture de la narration du film s’est définitivement inspirée des images et le montage et l’écriture se sont en quelque sorte déroulés simultanément. Pour moi, l’esthétique visuelle de la caméra thermique apporte également une certaine sensation irréelle de rendu informatique aux images. J’espère que cela permet au spectateur d’être emporté dans un état de rêve où la frontière entre le rêve et l’état de veille s’estompe. D’un point de vue plus concret, j’ai choisi des vidéos réalisées à partir d’une caméra militaire car l’un des principaux thèmes du film est le lien entre l’industrie de la surveillance et le complexe militaro-industriel. Le regard du film est donc déjà militarisé et le fait que cette caméra soit tournée vers la société occidentale (et non vers un dessert au Moyen-Orient) crée une friction intéressante dans les images. 

Une autre raison pour laquelle j’ai choisi ces clips est qu’ils me rappellent un rêve récurrent que j’ai fait pendant de nombreuses années. Comme le caméraman s’efforce constamment de s’assurer que l’image est nette, les clips consistent en de nombreuses tentatives de mise au point. Ces tentatives de mise au point m’ont immédiatement fait penser à mon rêve dans lequel je me frotte constamment les yeux pour aiguiser ma vue. Un rêve claustrophobe et flou dans lequel je suis coincé dans mon esprit, incapable de communiquer avec les gens qui m’entourent. Ce rêve est également infiltré dans le récit, mais plus que cela, le concept de rêve ou de cauchemar a inspiré de nombreuses décisions narratives. Je n’ai pas fait l’expérience du rêve lucide, mais j’ai parlé à des personnes qui l’ont fait et j’ai été fasciné par leurs récits. Un de mes amis m’a parlé de sa capacité à se connecter à tous ces fils (politique, médias, événements historiques, personnels, cosmiques, etc.) et à voir plus clairement comment sa vie l’avait façonné jusqu’à présent. Comme cet énorme afflux d’idées et d’apports qui permettait une grande compréhension du monde contemporain. Presque impossible à raconter avec les limites du langage et notre compréhension générale du temps. Cela a sans aucun doute inspiré la narration de mon film, du moins sur un plan subconscient.

 

(Traduit de l’anglais)