Menu Close

69

Ignazio Fabio Mazzola

WP
Country
Italy
Year
2021
Screening format
Digital
Duration
1'
Shown in Competition #4.

Synopsis

Between 1968 and 1969, Maurizio Sacripanti designed a pavilion for the Expo ‘70 in Osaka, the intention was to represent Italy in a world fair through an architecture that was physically in motion, as a symbol of a country that was moving forward. This undone project, which exists only on paper, stands as a testimony of a unique, historical period in Rome’s architecture scene.

Documentation

STEFANO MIRAGLIA

Dans 69, par le biais du montage et de l’utilisation du found footage, tu façonnes et assembles des mouvements qui auraient pu être ceux imaginés, de manière utopique, par Maurizio Sacripanti pour son projet de pavillon architectural pour l’Expo 70. A quoi ressemblent ces mouvements pour toi ? Peux-tu les décrire et nous en dire plus sur le projet de Sacripanti ?

IGNAZIO FABIO MAZZOLA

Avec 69, je voulais construire un mouvement en trois étapes. Une visite tourbillonnante de la ville de Rome ouvre le premier acte de ce mouvement, mais en fait nous sommes déjà à l’intérieur du pavillon. L’étape suivante se déroule dans le dernier plan de la Piazza del Popolo, où Sacripanti avait son studio dans ces années-là. Puis la verticalité donnée par un mouvement mécanique et enfin l’attaque du ciel, où l’ingénierie moderne, composée de cylindres pneumatiques et de cartes de programmation, cède la place à l’abstraction géométrique d’Achille Perilli.

STEFANO MIRAGLIA

Ce film n’est pas seulement une interprétation, par le biais d’images en mouvement, d’un projet inachevé de Sacripanti, mais il se veut également un hommage à une génération d’architectes d’avant-garde importante pour vous, dont tu as abordé le travail dans vos autres films. Il me semble que l’hommage, l’affinité, est évident dans le choix de la bande-son de 69, un coeur qui bat…

IGNAZIO FABIO MAZZOLA

Le projet pour Osaka 70, avec ses mouvements et son volume variable, est l’image parfaite d’un grand coeur artificiel. Un symbole tout aussi parfait pour l’Italie de ces années-là, malheureusement resté sur le papier mais toujours étudié aujourd’hui avec d’autres architectures sacripantiennes. Le son rend hommage aux années 1960, à Mario Schifano (il y a une référence évidente à son film Umano non umano) et à Rome avec ses lieux de rencontre comme le Caffè Rosati, également sur la Piazza del Popolo. L’oeuvre de Sacripanti s’inscrit dans le cadre d’une étude approfondie que je mène depuis quelque temps sur un certain nombre d’architectes du siècle dernier. En même temps, je crois qu’il est important de suivre des réalités plus petites, actuelles et moins connues, mais dignes d’attention ne serait-ce que pour leur courage dans l’introduction d’un langage contemporain dans des contextes souvent éloignés du débat culturel.

STEFANO MIRAGLIA

Une caractéristique constante de tes films est le travail de synthèse temporelle, qui t’amène à créer des oeuvres très courtes, souvent inférieures à une minute. Peux-tu nous dire comment tu es arrivé à une utilisation aussi radicale de la durée ?

IGNAZIO FABIO MAZZOLA

Je pense que l’utilisation d’une durée aussi courte est la conséquence d’une réflexion personnelle sur le fragment et le détail. Certains de mes films sont le fruit de relations très brèves avec des personnes, des lieux et des objets. Je suis intéressé par le transfert de l’intensité de cette rencontre, par la distinction de plusieurs phases de ce moment et par celles qui peuvent mieux définir la valeur absolue d’une relation, le cas échéant.

Etude préparatoire pour 69, d'après Achille Perilli