Menu Fermer

Dailies from Dumpland

Focus #9

sam. 13 octobre 201813.10.18
16H00—18H00
5 rue des Ecoles
75005 Paris

Programmé et présenté par Gloria Morano et Fabien Rennet (CJC), en présence du réalisateur.

Séance organisée en partenariat avec l’association Seconda Voce

Le premier long-métrage de M.Woods, cinéaste américain iconoclaste que le festival soutient depuis 2012, est une expérience immense, entre cauchemar paralysant et pratique militante enivrante. Pamphlet anti-Trump, c’est une œuvre à la fois documentaire et visionnaire autour de la situation politique actuelle aux États-Unis, qui sera montrée en présence du cinéaste.

Dailies From Dumpland
M. Woods

États-Unis
2018
Numérique
105'

Michael Woods n’a (évidemment) pas voté Trump. Considéré par Cultured Vultures comme l’un des cinéastes américains les plus visionnaires de sa génération, son travail est l’œuvre d’une vie (the Numb Spiral), un djihad contre les médias de masse qui invite à bon nombre de superlatifs. Hyperactivité, hypersensibilité et hyperréalité, l’œuvre pluridisciplinaire de Michael Woods est à elle seule un épitomé de l’Amérique contestataire contemporaine, malade de sa politique et de sa pop culture, convoquant les icônes et les mouvements sociaux comme autant de hashtags : Zac Efron, Black Lives Matter, Wu-Tang Clan, Not my president et l’Opioid Epidemic. La sex tape sous MDMA de Baudrillard et de Walt Disney.

Michael Woods est le nouveau Frankenstein du cinéma d’avant-garde : il filme, il emprunte, il data-moshe, il gratte, il flicke, il développe, il glitche, il performe, il surimpressionne ; il sample, s’auto-cite et coud (sur sa table de montage / d’autopsie) la tête de Jack Smith sur les épaules de Peter Whitehead, les ongles noirs de Deleuze sur les mains de Maya Deren et les bras de Shirley Clarke sur le tronc émasculé et pourrissant de Steve Bannon.

Et dans la boîte (à images) crânienne, deux cerveaux : celui de Michael Woods et celui de MWoods. Car c’est bien dans le concept de « dissociation » que se situe la clé de son œuvre monumentale. Son addiction pendant de longues années au Dextrométhorphane (DXM), un antitussif psychotrope à forte dose, lui provoque des expériences de conscience hors du corps. Ses films sont aujourd’hui autant de syndromes dissociatifs couvrant différentes sphères symptomatiques : difficulté à contrôler ses émotions, propos et liens logiques désorganisés, voire hermétiques, pensée tangentielle et discours qui zigzague entre des sujets sans connexion apparente mais, néanmoins, à la consonance poétique flagrante. L’engagement politique serait-il un trouble mental et la conscience de classe une schizophrénie ? Il est évident que cette dissociation du « moi observant » et du « moi expérimentant » est le moteur du travail de MWoods. Auscultant les ravages post-traumatiques d’une société américaine gangrenée par ses démons, il est un fou parmi les fous, un Cassandre conscient de sa condition d’aliéné, observateur impuissant de la chute d’un empire.

- Fabien Rennet