Cinémathèque Temporaire du CJC #42

sam. 18 décembre 202118.12.21
16H00—17H12
1 rue Charles Garnier
93400 Saint-Ouen
Fee
Prix libre
Lieu
Salle Star Trek 2ème étage
Ouverture des portes à 15h30, séance à 16h

En 2021, le Collectif Jeune Cinéma célèbre son demi-siècle d’existence. Pour le fêter, nous nous sommes invité.e.s en résidence à Mains d’Œuvres (Saint-Ouen) afin de mettre en place la Cinémathèque Temporaire du Collectif Jeune Cinéma. Plus d’un tiers de notre catalogue y sera projeté, à raison d’une séance par semaine chaque vendredi, et d’un samedi entier par mois. Il y aura presque 80 séances en tout, avec des films de 2020 à 1943.

Les films seront montrés selon leur date de production, dans l’ordre chronologique inverse et sur leur support d’origine. Des membres du CJC, toutes et tous cinéastes, vous accueilleront au sein de cet espace que l’on souhaite le plus ouvert à tou.te.s : c’est pourquoi le prix d’entrée y est libre. 

À chaque fin de séance, des échanges seront prévus, que ce soit en salle ou bien au bar de Mains d’Œuvres.

Programme

Petite Tryptique
Viviane Vagh
Australia
2001
Digital
14'
La Flor al Culo
Jean-Charles Hue
Canada
2001
Super 8 on digital
7'
Artémis
Valérie Morignat
France
2001
Digitized video
13'
Le Rituel de Fontainebleau
Stéphane Marti
France
2001
Super 8 on digital
30'
Eléonore et ses amies
Philippe Jadin
France
Belgique
Digital
1'30
Tandem: Faux-Raccords
Colas Ricard and Martin Gracineau
France
2001
16 mm
6'50

Documentation autour de Le Rituel de Fontainebleau (Stéphane Marti, 2001) : Texte de Stéphane Marti

Construit comme un cérémonial funéraire et gravé dans l’argentique super 8 (granuleux noir et blanc Tri-X et voluptueux Kodachrome 40), ce film est porteur d’une interrogation sur l’au delà. 

Les arbres centenaires de la forêt de Fontainebleau déracinés par la tempête de l’hiver 1999 offrent un environnement de forces inquiétantes à Marcel Mazé, officiant superbe en smoking noir qui fait rouler perpétuellement un squelette humain fixé sur un grand disque (sculpture de Michel Journiac, La Cible, 1980). Dans une incarnation qui rappelle les corps du Caravage, Orlan Roy est sauvé par une jeune et belle nymphe, Sarah Darmon. Cérémonie d’ablutions et de parures, fluide chemin d’or qui conduit à un magnifique miroir grâce auquel s’opère le “miracle de la résurrection” (portrait d’Eric Bossé dans Climax,1983). 

Portée par une envoûtante conception musicale de Berndt Deprez d’où émergent quelques sombres effluves du Fafner wagnérien, cette célébration incantatoire aux saccades souples et hypnotiques reste à jamais inscrite dans ma mémoire.

La grâce de Marcel irradie dans ce film comme elle a touché toutes celles et tous ceux qui l’ont rencontré. Une gratitude infinie à celui qui a consacré la plupart de son existence à faire émerger les œuvres impossibles, oubliées ou interdites de l’ombre et une tendre pensée personnelle pour celui qui fut un complice, un miroir et un double dans la mise à jour de l’énergie vitale des désirs, autrement. 

Loading