Menu Close

Opus

Pauline Pastry

FP
Country
France
Year
2020
Screening format
Digital
Duration
17'
Shown in Competition #1.

Synopsis

“Three employees of a foundry meet up with themselves in an abandoned quarry in Charente. Affected by work, the workers remember the sequence of the gestures that they do every day. “

Opus is the work and the task at hand, but it’s also the word we use for a musical composition. We see three workers who interpret a series of movements, movements they know since they are those of their work. They have no benchmarks, no workbenches and had to use their body memories and instinctive to perform the sequence of gestures. These workers perform in an abandoned quarry, a symbol of a neglected, forgotten and disappeared job. This performance is a way to preserve the culture of gesture and know-how which may disappear. It’s sort of a tribute to workers’ work and to the memory of culture industrial. this disappearance of the gesture is also linked to robotization. Between the harsh reality of factory work and the fabrications on the technology, an ambiguous relationship between the robot and its creators.

Documentation

Brussels Art Film Festival - Opus de Pauline Pastry

Cinergie.be

L’homme et la machine…

Jeune plasticienne diplômée de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs et installée à Bruxelles, Pauline Pastry a axé son travail autour de ce qu’elle nomme la « grande désindustrialisation » en cours. Fille d’ouvriers, l’usine est le terrain qu’elle a commencé à explorer avant de filmer les corps qui l’habitent. Opus, son second court-métrage est en compétition officielle au Brussels Art Film Festival, qui aura lieu du 12 au 15 novembre prochain. Opus, donc, qui signifie en latin « oeuvre » met en regard la danse des hommes et des machines dans un face-à-face à la fois tendre et cruel.

On se souvient tous de cette scène devenue mythique des Temps modernes où Charlie Chaplin, à force de serrer des boulons, pétait joyeusement un plomb, se faisait avaler par les rouages de la machine et se mettait à danser en détraquant entièrement l’énorme usine. Dans Opus, le pétage de plomb n’est pas loin non plus, mais la danse n’est plus celle de la folie qui s’empare des corps soumis aux cadences délirantes mais plutôt celle des machines vouées lentement à remplacer les hommes.

Pauline Pastry est allée filmer son père et ses camarades en dehors de leur usine. Dans des paysages sublimes, entre minéralité et abandon, elle filme ces trois hommes dans une drôle de danse, faite de gestes répétitifs qu’elle met en regard, à travers tout un travail de split-screens particulièrement étudié, avec une seule et même machine, occupée à refaire incessamment les mêmes mouvements. Et tandis que d’un côté, la machine ne sort pas de ses rails, de l’autre, les hommes, tout occupés qu’ils soient à imiter ses mouvements, finissent tout simplement par danser. Qui remplacera qui ? À quoi servent les hommes dans les usines ultra-mécanisées ? Quels sont leurs rôles, leurs tâches et quel est le sens de leur travail désormais ? Les plans sont fixes à l’écran tandis que la conversation entre les trois hommes hors-champs accumulent doutes, questions, hésitations…

Evidemment, le film de Pauline Pastry pose de nombreuses questions sur cette sorte de rivalité entre l’homme et la machine en mettant leur geste et leur usage en comparaison. Mais il a la grâce de suspendre les réponses. La bande-son, sourde et répétitive, semble provenir des machines elles-mêmes et engendrer la danse. Les grands plans d’ensemble de l’usine mis en regard avec des paysages presque sauvages construisent le même sublime à l’écran. D’un côté comme de l’autre, quelque chose échappe à la rationalité, que les chiffres qui défilent sur les écrans, pour calibrer les gestes de la machine à partir de ceux de l’humain, n’arrivent pas à rattraper. Dans ce face-à-face, où la machine rouille et tombe en ruine, à l’abandon, l’homme, bien qu’il soit peu de choses, arrive, de par sa grâce et ses fragilités, à trouver quand même sa place et son décor. Voué à disparaître, il n’a pas encore dit son dernier mot - ou plutôt ses derniers gestes.