Hommage à Dominique Noguez

sam. 22 février 202022.02.20
20H00—22H00
5 rue des Ecoles
75005 Paris
Fee
5€
Cartes UGC/MK2 et CIP acceptées
Séance régulière du Collectif Jeune Cinéma

En présence de nombreux proches de Dominique Noguez et du cinéaste Jean-Paul Dupuis.

Pour clôturer le colloque Avec Dominique Noguez consacré à Dominique Noguez du 20 au 22 février, le Collectif Jeune Cinéma propose une séance consacrée au travail filmique de Dominique Noguez ainsi qu’à la projection de quelques films qu’il a particulièrement défendu.

Dominique Noguez, avant d’être connu en tant que romancier, était un des théoriciens majeurs du cinéma expérimental en France.

“Parti enseigner comme coopérant au Québec en 1970, il rejoint dès son retour le Collectif Jeune Cinéma dont il sera un compagnon de route indéfectible, et un grand ami de son président, Marcel Mazé, dont il fera une chaleureuse oraison funèbre après le décès de ce grand pionnier en 2012, sans souhaiter avoir des responsabilités pour autant au sein de la structure. Ses trois fims y sont néanmoins déposés, il a écrit dans Cinéma différent et défendu le CJC dans les diverses revues où il collaborait. (…)” Raphaël Bassan

Décédé l’année dernière, nous lui rendrons hommage à travers cette séance composée de films rarement montrés, pour plupart sur leur support d’origine.

 

* Partenaires : Université de Lorraine, CREM, IMEC, Sorbonne Paris 1 *

 

PROGRAMME

☞ UNA VITA
de Dominique Noguez (1981, 16mm, France, 5’)
De la plus tendre enfance à la mort, et vice versa, ce que représente une vie qui file à toute vitesse et en photos.

☞ FOTOMATAR
de Dominique Noguez (1979, 16mm, France, 12’)
Fotomatar est un mot Franco-espagnol plus ou moins inventé, qui fait penser à photomaton et hésite entre mater (en argot : regarder) et matar (en espagnol : tuer). Le film qu’il désigne joue sur la narrativité. C’est aussi un film sur la durée, sur l’apparition de la couleur (plutôt glauque) , sur le suspense – un concerto pour déclics d’appareil polaroïd et cri d’horreur. C’est un thriller expérimental. (D. Noguez)

☞ TOSCA
de Dominique Noguez (1978, 16mm, France, 20’)
Nous sommes dans l’appartement de Scarpia, chef de la police, au Palais Farnèse à Rome en juin 1800.En présence de la cantatrice Tosca , venue intercéder en faveur de son amant qui vient d’être arrêté et torturé, Scarpia reprend le cours de son dîner interrompu…

☞ ALLEGORIA
de Stéphane Marti (1979, Super 8 numérisé, France, 14’)
“Ce film dit beaucoup, rayonne, percute ; il change trois fois par seconde, il avance en tout sens. Allegoria n’est pas non narratif mais sur-narratif : comme un condensé de drames policiers et de films d’horreur. De pair avec un plan de tigre, le corps d’Aloual (ré)apparaît en cadavre (ou presque) surgissant notamment d’une baignoire digne de celle des Diaboliques de Clouzot ou pris dans les fibres cellophaniques d’Invasion of the Body Snatchers”. Dominique Noguez

☞ LES MAINS NÉGATIVES
de Marguerite Duras (1979, 16mm, France, 14’)
Nous avons tourné à la mi-août, Paris n’étant relativement vide qu’une semaine par an. Pendant les 45 minutes du travelling entre six heures et quart et huit heures moins le quart du matin, à part une prostituée boulevard Magenta, on n’a rencontré que des noirs, quelques femmes de ménage portugaises du côté de l’Opéra, celles qui nettoient les banques, quelques loubards aussi, quelques sans-abri. Depuis l’Indochine, depuis ma jeunesse, je n’avais jamais vu une telle population coloniale réunie dans un seul endroit. L’amour c’est à eux qu’il s’adresse. Marguerite Duras

☞ DANSITÉ
de Jean-Paul Dupuis (1978, 16mm, France, 10’)
Dansé par François Verret et Alain de Raucourt. Film musical silencieux, réalisé à partir d’une chorégraphie de François Verret, Dansité est la mise en images, dans l’espace et le temps cinématographiques, de deux corps en mouvement ; mobiles, immobiles, entremêlés, éclatés, tendus, retenus, suspendus entre ciel et terre, sable et rocher, ils s’arrêtent soudain, fixant l’éternité de l’instant.

☞ CINÉMATON n°71 : DOMINIQUE NOGUEZ
de Gérard Courant (1979, S8 numérisé, France, 4’)
Les « Cinématons » (contraction de « Cinéma » et de « Photomaton ») sont des portraits filmés consacrés à des personnalités du monde des arts et du spectacle (cinéastes, écrivains, philosophes, plasticiens, poètes, musiciens, etc.).
Tous les portraits sont filmés selon les mêmes règles : un Cinématon est un plan-séquence fixe muet de 3 minutes 20 secondes dans lequel chaque personne filmée est libre de faire ce qu’elle veut. Le but de Cinématon est de constituer des archives sur l’art et plus spécialement sur le milieu du spectacle dans des instants où le sujet filmé propose un grand moment de vérité de son être.

Una Vita
Dominique Noguez
France
1981
16 mm
5'
Fotomatar
Dominique Noguez
France
1979
16 mm
12'
Tosca
Dominique Noguez
France
1978
16 mm
20'
Allegoria
Stéphane Marti
France
1979
Super 8 on digital
14'
Les mains négatives
Marguerite Duras
France
1979
16 mm
14'
Dansité
Jean-Paul Dupuis
France
1978
16 mm
10'
Cinématon n°71 : Dominique Noguez
Dominique Noguez
France
1979
Super 8 on digital
4'
Loading