Menu Fermer

Bauhaus & Film : Part 2

Focus #8

mer. 11 octobre 201711.10.17
20H00—22H00
5 rue des Ecoles
75005 Paris
Tarif
unique : 5€
Cartes UGC / MK2 illimitées et cartes CIP acceptées

Programmé et présenté par Thomas Tode

Trois types de films se distinguent dans le Bauhaus : les films dʼarchitecture reformée, les documentaires sociaux et les films abstraits.
Cette séance sera principalement consacrée aux documentaires tournés avec la caméra KINAMO, très légère et ultra compacte, sans manivelle, qui permettait de se promener librement dans lʼespace. La projection sera commentée par Thomas Tode, spécialiste de ce cinéma.

Neues Wohnen (Haus Gropius)
Richard Paulick

Allemagne
1926-1928
35 mm numérisé
21'

Das Wachstum der Kristalle
Emelka

Allemagne
1924
35 mm numérisé
4'

Nurmi, der Schnellste Läufer der Welt
Cinéaste inconnu

Allemagne
1926
35 mm numérisé
3'

Alter Hafen in Marseille
László Moholy-Nagy

Allemagne
1929-1932
16 mm
9'

Fliegende Händler
Ella Bergmann-Michel

Allemagne
1932
35 mm numérisé
11'

Das Triadische Ballett. Ein film in drei teilen nach tänzen von Oscar Schlemmer
Margarete Hasting et John Halas

Allemagne
1970
35 mm numérisé
10'

Reflektorische Lichtspiele
Ludwig Hirschfeld-Mack

Allemagne
1923-2000
35 mm numérisé
14'

Neues Wohnen (Haus Gropius) a été conçu avec la contribution de Walter Gropius, dans la maison des maîtres que celui-ci avait construite à Dessau. La femme de ménage y présente la conception moderne de la cuisine et l’économie d’espace réalisée pendant que Ise, la femme de Gropius, et ses amies se livrent à une démonstration (souvent involontairement comique) des avantages des nouveaux meubles rabattables et électrifiés.

À l’occasion de la réouverture du Bauhaus à Dessau, le 5 décembre 1926, ont été présentés lors d’une matinée des films documentaires expérimentaux. Parmi eux : Das Wachstum der Kristalle et Nurmi, der schnellste Läufer der Welt. Marseille, vieux port de László Moholy-Nagy explore le quartier autour du vieux bassin portuaire. la caméra escalade sur la structure du pont transbordeur, composée de maillons métalliques. Elle offre une vue plongeante sur la réalité : au travers de câbles et de poutrelles d’acier on aperçoit la vie urbaine qui se dissout en formes abstraites.
Fliegende Händler d’Ella Bergmann-Michel prend une perspective solidaire quand le film suit un groupe d’entraide de chômeurs qui constitue une forme de résistance subversive : en tant que marchands ambulants ils vendent des fruits dans la rue, fuyant en permanence les forces de l’ordre. La caméra monte sur un manège d’enfants : l’horizon se brouille, l’ordre habituel se décompose, comme un pressentiment de la fragilité des états.
Dans Das triadische Ballett. Ein Film in drei Teilen nach Tänzen von Oskar Schlemmer nous voyons les figurines humaines et abstraites, dessinées par Schlemmer, dans des dispositions hiératiques, exécutant des mouvements raides et saccadés – reconstitué en 1970.
Heinrich Brocksieper s’engagea dans les études à partir de 1919 chez Johannes Itten. Dès 1927, il se consacra plus intensément à la photographie et au film : l’animation Reflektorische Lichtspiele de Ludwig Hirschfeld-Mack ne représente originellement pas un film, mais une simple projection lumineuse. De la lumière colorée est projetée sur un écran à travers un appareil, à l’aide de pochoirs en mouvement afin de produire un inventaire de formes abstraites et dynamiques. Il est reconstruit d’après les partitions reçues par Corinne Schweizer et Peter Böhm en 2007.

— Thomas Tode