Menu Fermer

L'humour est la politesse du désespoir

Focus #2

mer. 5 octobre 201605.10.16
19H00—21H00
Place Georges-Pompidou
75004 Paris
Tarif
Plein : 6€
Réduit : 4€
Événement gratuit pour les détenteurs du Laissez-passer Centre Pompidou

Programmé et présenté par Mark Toscano (Academy of Motion Picture Arts and Science Film Archives)

Les films expérimentaux ne sont pas drôles, et ceux qui le sont n’ont pas de sens…. Du moins selon les clichés. Mark Toscano présentera une série de courts-métrages historiques et contemporains issus de la collection de l’Academy Film Archive. On y verra des glaces qui fondent, Kim Jong-Un, une forêt de pénis, le meurtre de Pasolini, l’histoire biblique de Loth à Sodome, un tampon-cocktail Molotov, de l’amour non partagé, et bien sûr, des adultes qui tombent des chaises.

Century
Kevin Jerome Everson

États-Unis
2012
16 mm
7’

Deep Westurn
Robert Nelson

États-Unis
1974
16 mm
6'

Roommates
Jamie Wolfe

États-Unis
2016
Numérique
3'

My Friend
Gus Van Sant

États-Unis
1982
16 mm
3’

Burlap Interior
Lauren Kelley

États-Unis
2013
Numérique
3’

Mirror People
Kathy Rose

États-Unis
1974
16 mm
5’

North Korean Pop
Gabe Mangold

États-Unis
2015
Numérique
2'5"

The last interview with P. Pasolini
Chris Langdon

États-Unis
1975
16 mm
6’

Bowl, Garden, Theatre, Marble Game
Suzan Pitt

États-Unis
1970
16 mm
6’5"

Broken New 1 (Disaster)
Lori Felker

États-Unis
2012
Numérique
5’

Dufus
Mike Henderson

États-Unis
1970-1973
16 mm
6’

If you can’t see my mirrors, I can’t see you
Alee Peoples

États-Unis
2016
16 mm
12’

Toxic Shock
Vanessa Renwick

États-Unis
1983
16 mm
3’

Les films expérimentaux ne sont pas drôles, et ceux qui le sont n’ont pas de sens… du moins, selon les clichés. La tendance anti-humour dans l’art a toujours été curieuse. Le travail qui n’est pas vu comme « sérieux » n’est souvent pas pris au sérieux, comme si un tel travail était intellectuellement, émotionnellement et conceptuellement moins signifiant. Et pourtant l’humour n’est pas seulement une émotion humaine cruciale et fortement sentie, il est également capable de créer des ponts entre des gens différents dans une expression d’engagement positif et attentionné.

L’une des qualités qui rend Play Time de Jacques Tati (1967) aussi signifiant et hilarant est qu’il fonctionne comme une sorte de projet d’individualité et de subjectivité, un microcosme présentant aussi bien ce qui nous diversifie que ce qui nous unit, qui nous est renvoyé en utilisant l’humour comme catalyseur. Tous ceux qui ont déjà vu ce film dans une salle de cinéma savent que tous les spectateurs ne rigolent pas aux mêmes gags. Le baromètre personnel de l’humour de chaque spectateur est déclenché de façons différentes, selon les individus ou groupes d’individus. Chacun devient conscient de sa participation au processus humoristique.

Ceci constituait l’une des sources d’inspiration pour mon programme, qui réunit un mélange d’œuvres contemporaines et des films historiques que j’ai eu l’honneur de restaurer à l’Academy Film Archive. L’humour me semble un représentant complexe d’une large conscience collective et individuelle. Les films ont été choisis afin d’atteindre une grande diversité de sensibilités, et d’activer les différents sens de l’humour des spectateurs. Il est souvent dit que l’un des sujets les plus controversés dans l’art est de savoir si quelque chose est, ou n’est pas, de l’art. Je suggère qu’il en est de même avec l’humour : parfois rien n’est aussi sérieux qu’une discussion visant à comprendre si quelque chose est drôle ou pas.

Le titre de ce programme est tiré d’une déclaration qui a été tour à tour attribuée à Chris Marker, Oscar Wilde et à Boris Vian, dont l’écriture (spécialement L’Écume des jours) paraît parfaitement en accord avec cette idée. Et je suis d’accord : l’humour est souvent une articulation nuancée et raffinée d’un désespoir ou d’une confusion émotionnelle ou existentielle sous-jacente, mais en même temps, il est aussi la demande de réaction ou de catharsis vis-à-vis de cela. Beaucoup de films dans ce programme ont été choisis pour ce que je ressens comme étant leur complexité émotionnelle, dont l’humour est une composante déterminante, fonctionnant souvent en tandem avec des thèmes plus sombres tels que l’anxiété, le deuil, la frustration et l’identité.

Les films de ce programme vont de l’animation grotesque à l’humour conceptuel, de la comédie performative au radicalisme punk, et ainsi de suite. En tant que conservateur de films et programmateur spécialisé dans les films d’artistes, il est toujours important pour moi de trouver et d’explorer les dialogues entre films contemporains et historiques. L’humour est un point de départ particulièrement riche pour explorer non seulement l’éventail d’expressions entre les travaux, mais aussi entre les époques. J’espère que ce programme peut atteindre ce but, en présentant non seulement une variété de sensibilités artistiques et en partageant quelques œuvres avec vous, mais aussi en vous faisant rire.

— Mark Toscano