Menu Fermer

Rosa Canina

Focus #7

lun. 10 octobre 201610.10.16
20H00—22H00
Ciné 104
Tarif
unique : 3,5 €

Programmé et présenté par Laurence Rebouillon

Cette séance présente des films peints et grattés, des œuvres plastiques en mouvement. Des explosions de couleurs et de formes dansantes, endiablées par le rythme de la musique. Avec notamment Tiger Rag, Soir de fête, Surprise Boogie d’Albert Pierru à découvrir avec émerveillement et les films de Norman McLaren ou encore Len Lye, qui ont donné ses lettres de noblesse au Cinéma sans caméra.

STUDY N°7
Oskar Fischinger

Allemagne
1947
16 mm
2’

STARS AND STRIPES
Norman McLaren

Canada
1939
16 mm
3’

TIGER RAG
Albert Pierru

France
1951
16 mm numérisé
12’

KALEIDOSCOPE
Len Lye

Nouvelle-Zélande
1937
16 mm
4’

ALGORITHMEN
Bärbel Neubauer

Allemagne
1994
35 mm
3’

SOIR DE FÊTE
Albert Pierru

France
1956
35 mm numérisé
5’

THE LION AND THE ZEBRA MAKE GOD’S RAW JEWELS
Stan Brakhage

États-Unis
1999
16 mm
5’

CAPRICE EN COULEURS
Norman McLaren

Canada
1949
16 mm
7’

FREE RADICALS
Len Lye

Nouvelle-Zélande
1957-1979
16 mm
5’

HOLIDAY
Bärbel Neubauer

Allemagne
1997
35 mm
4’

BLINKITY BLANK
Norman McLaren

Canada
1955
35 mm numérisé
5’

RAINBOW DANCE
Len Lye

Nouvelle-Zélande
1936
16 mm
5’

NEGATIVE MAN
Cathy Joritz

États-Unis
1985
16 mm
2’

MOONLIGHT
Bärbel Neubauer

Allemagne
1997
35 mm
4’

SURPRISE BOOGIE
Albert Pierru

France
1956
35 mm numérisé
4’

Regardez le ciel. Demandez-vous : le mouton oui ou non a-t-il mangé la fleur ? Et vous verrez comme tout change…

Le Petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry

C’est lors de mon travail de maîtrise d’études cinématographiques et audiovisuelles sous la direction de Michèle Lagny à Paris III Censier (Les années 1950 : l’âge d’or des courts métrages français), que j’ai découvert Albert Pierru. Je crus un temps à un chaînon manquant dans l’Histoire du cinéma. Les histoires du cinéma expérimental et d’animation mentionnaient en bonnes places Norman McLaren et Len Lye, mais qui pouvait être ce français qui avait réalisé lui aussi des films sans caméra ? J’ai plongé dans l’inconnu et suis tombée en admiration face à Soir de fête et Surprise Boogie. Deux films en cinémascope, magnifiques, formellement inventifs et totalement explosifs. Où l’unité–image n’est plus le photogramme, mais plutôt le temps de la trace. Le parcours du trait, de la couche de couleurs, des motifs et des figures, l’unité d’enregistrement du processus d’animation de dessin direct sur pellicule. Un débordement de cadres, hors du commun. Un mémoire de DEA et un article dans Jeune Pure et dure, une Histoire du cinéma d’avant-garde et expérimental en France sous la direction de Nicole Brenez et Christian Lebrat, ont suivi. Albert Pierru apparaît enfin dans les index du 2.0. Mais c’est surtout quand la famille d’Albert Pierru, Alain son fils et Alexandre son petit-fils, sont entrés dans la partie, que le coffre au trésor s’est véritablement ouvert. Les films ont refait surface et en 2013, une séance à la Cinémathèque française regroupait une grande partie de sa filmographie restaurée, des films d’animation aux films de fiction et de documentaire. Tous des courts métrages, format qui a longtemps laissé Albert Pierru loin des histoires officielles du cinéma, comme beaucoup de court-métragistes de son époque. En 2015, les films peints en 16mm, dont Tiger Rag, que je croyais perdus lors des mes travaux universitaires, sont réapparus et la Cinémathèque Française les a fait restaurer.

Avec Rosa Canina (le rosier des chiens, les fruits de l’églantier, familièrement le poil à gratter), j’avais envie de composer une séance autour d’Albert Pierru et de sa pratique cinématographique de cinéma sans caméra. Une séance souriante et joyeuse au cœur même de la matérialité du cinéma : l’émulsion et la transparence du support, les photogrammes, les perforations, l’oscillation entre chaque image et la prédominance du mouvement. Une séance où ça gigote d’un cinéaste à l’autre, en écho ou en rupture, au rythme de la musique ou des couleurs. Une expérience sensorielle, un chaos de la persistance rétinienne prompte aux métamorphoses.

Dans les ateliers de dessin et de grattage sur pellicule proposés aux enfants, ou apprentis cinéastes, l’émerveillement persiste à voir une simple ligne, points et taches de couleurs, que l’on a fait de ses propres mains, s’animer sur l’écran et créer à moindre coups un monde abstrait tout aussi fantastique que wOw, codage et algorithmes numériques des jeux vidéos. Un monde toutefois beaucoup plus sensuel et figuratif lorsqu’on a beaucoup de patience, avec loupe, encre de Chine, pointes, plumes et peinture.

La séance Rosa Canina présente les grands maîtres du cinéma sans caméra (sans être exhaustive), qu’Albert Pierru découvre dans les années 1950, lorsqu’il projette dans son ciné-club de Boulogne-sur-Mer Stars and stripes (1940) de Norman McLaren. Le même canadien d’adoption qui selon la légende découvre Oskar Fischinger au ciné-club qu’il fonde dans son école des Beaux-Arts de Glasgow et qui tombe en admiration devant Color Box (1937) de Len Lye1. Le cinéma est une histoire d’admirations et d’affinités.

Les coopératives de cinéastes prendront le relais des ciné-clubs dans les années 1970 pour la diffusion des films expérimentaux. L’Anthology Film Archives créée par Jonas Mekas, Jerome Hill, P. Adams Sitney, Peter Kubelka, et Stan Brakhage, en est le modèle original y compris pour le Collectif Jeune Cinéma quand Marcel Mazé découvre à son tour Notes on the Circus (1966) de Jonas Mekas.

Une grande partie de l’œuvre féconde de Stan Brakhage est constituée de films peints. Un maestro en la matière, où le chant des couleurs suffit au moindre son. Du cinéma sans caméra poétique et physiologique, où ici il est encore question d’animaux avec The Lion and the Zebra Make God’s Raw Jewels. Une vision amusée au titre : Alex et Marty de Madagascar2 se retrouvent broyés dans un documentaire animalier des plus sauvages. Réduits à leurs chairs crues, rouges et brunes, ils en perdent la parole. Un soupçon d’irrévérence que je poursuis avec Negative man de Cathy Joritz, dans l’impulsion salvatrice du graffiti.

Enfin, en préparant cette séance, j’ai cherché dans les archives et les catalogues des coopératives et des festivals pour découvrir Bäbel Neubaeur, artiste autrichienne, vivant en Allemagne, qui réalise des films expérimentaux et des films d’animation depuis les années 1980. Ses trois films, Algorithmen, Holiday et Moonlight appartiennent à sa série des années 1990 « Colours & Minutes ». Des œuvres principalement abstraites, qu’elle peint, tamponne et gratte directement sur pellicule 35mm. Une rétrospective de ses films a été montrée au Festival Puanto y Raya au Musée de la Reine Sofia en Espagne en collaboration de le Goethe Institut de Madrid en 2011. Quelques extraits de ses films sur internet m’ont très vite séduite, les voir projetés en 35 mm avec cette séance Rosa Canina, est un vrai bonheur que j’ai hâte de partager à l’occasion de cette 18e édition du Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris.

— Laurence Rebouillon

1

Robert Vrielynck, Le cinéma d’animation avant et après Walt Disney, un panorama historique et artistique, Meddens, Bruxelles, 1981.

2

Madagascar de Eric Darnell et Tom McGrath, 2005.