Menu Fermer

Tarim Samarkand

Installation vidéogaphique et photographique

Du 11 oct. 2016Du 11.10.16
Au 14 oct. 2016Au 14.10.16
Les Voûtes

Hier, j’ai voulu t’oublier dans les bras d’un autre festival, et puis finalement je fais qu’à penser à toi…
François Truffaut

Cher Monsieur Différents,

C’est avec grand chagrin, avec une douleur extrême que je me vois inclus dans votre Festival, puisque enfin vous voulez bien de moi.
Je ne m’en plains pas toutefois. Vous pouvez avoir, pour cela, d’aussi bonnes raisons que pour en accepter d’autres qui me valent bien. En me mettant avec eux, vous ne me faites nul tort ; mais d’un autre côté on se moque de moi. Un auteur de journal, heureusement peu lu, imprime :
“ Monsieur Samarkand s’est présenté au festival des cinémas différents de Paris, qui l‘a accepté presque unanimement. Il faut pourtant, pour être admis dans cet illustre corps, autre chose que du plagiat de charcutier-boucher.
Sacrifiant au goût dominant de son siècle, ce demi-artiste, mouilleur de minets, s’est trop souvent livré à des concetti qui nuisent à la vraisemblance, ou plutôt à la nature même de la situation. Une céphalée sur pattes que vous pouvez absolument éviter.
La gabegie de moyens pyrotechniques et optiques usés par le festival pour cette grande gaudriole ad nauseam dépare le beau génie de la sélection.
Tarim Samarkand, procrastinateur métempsychosé abscons, sera heureusement diffusé en salle fermée aux mineurs et loin des haut-lieux du festival, bien caché dans une voûte inaccessible. ”
Voilà les plaisanteries qu’il me faut essuyer. Je saurais bien que répondre ; mais ce qui me fâche le plus, c’est que je vois s’accomplir cette prédiction que me fit autrefois mon père :
Tu ne seras jamais rien.
Jusqu’à présent je doutais (comme il y a toujours quelque chose d’obscur dans les oracles), je pensais qu’il pouvait avoir dit :
Tu ne feras jamais rien ;
ce qui m’accommodait assez, et me semblait même d’un bon augure pour mon avancement dans le monde ; car en ne faisant rien, je pouvais parvenir à tout, et singulièrement à être de l’Académie ; je m’abusais.
Le bonhomme sans doute avait dit, et rarement il se trompa :
Tu ne seras jamais rien,
c’est-à-dire, tu ne seras ni gendarme, ni punkoïte, ni moustachu, ni rat-de-cave, ni espion, ni duc, ni pute, ni soumise, ni pape, ni pipe, ni fesse-mathieu, ni laquais, ni femme-fontaine, ni bandit, ni nudiste, ni sylphide, ni glutamate, ni lulibérine, ni cyprine, ni rachidien, ni shaolin, ni gadjo, ni académicien.
Tu seras Tarim Samarkand pour tout potage, id est.
Terrible mot.
Tout est là, cher Monsieur Différents, quoiqu’en pensent les journalistes express; et c’est avec délectation que mon œuvre multipliée, spéculaire, spectaculaire, fera honneur à votre caveau, telle une radiance tactile et cénesthésique. J’en trémule déjà d’aise.
Toute ma jaculation admirative.

— Votre Tarim Samarkand

Autres séances du FCDEP #18