Menu Fermer

Flux de mères, Reflux de filles

Focus #13

dim. 13 octobre 201913.10.19
16H30—19H00
5 rue des Ecoles
75005 Paris
Tarif
unique : 5€
Cartes UGC / MK2 et CIP acceptées

Programmé et présenté par Tzuan Wu, en partenariat avec Taiwan Docs. En présence de Lichun Tseng.

La Lune fait graviter les reflux et les marées, l’image d’un foyer sur une rive, la conscience individuelle sur l’autre. Des vagues d’expériences ont tissé ces œuvres, comme un flashback qui aurait voyagé et traversé des vies en différents moments. Ce programme constitue un aperçu des cinéastes expérimentales taïwanaises de cette décennie. Il reflète aussi les reformulations de l’identité de ce pays, comme un être en devenir, mouvant et flottant.

Remerciements : Women Makes Wave Film Festival de Taïwan, Tony Wu, Huei-Yin Chen et Mónica Savirón.

Flow
Lichun Tseng

Taïwan
2013
16 mm
17'

Transcript
Erica Sheu

Taïwan
2019
35 mm numérisé
3'

The Window of Desire
Kassey Huang

Taïwan
2009
35 mm numérisé
13'

Emulsion Connection
Tsen-Chu Hsu

Taïwan
2019
Divers formats argentiques numérisés
2'40

Sucker's Love
Dooll Chao

Taïwan
2008
Numérique
6'25

Transactions
Yin-Chu Chen

Taïwan
2008
Numérique
7'40

The Islands
Hsuan-Kuang Hsieh

Taïwan
2016
Numérique
9'55

How Old Are You? How Old Were You?
Cherlyn Hsing-Hsin Liu

Taïwan
2017
16 mm numérisé
15'50

La Lune fait graviter les reflux et les marées, les notions de foyer et d’appartenance sont sur une rive, la pulsion de conscience individuelle est sur l’autre. Les herstory (histoires des femmes et féministes), conjuguées au présent continu, furent écrites par les aléas de la vie quotidienne et se réécrivent dansleurs paysages intérieurs en même temps que dans des scènes collectives, telles des vagues dessinant le rivage.

The Other Cinema est ravi de présenter ce programme, fruit de recherches autour de l’œuvre de réalisatrices de cinéma expérimental depuis les années 1990 à nos jours, grâce auxquelles nous avons sélectionné ces films de la décennie passée et constitué cet ensemble, finalisé par Tzuan Wu. Bien que cettesélection de court-métrages expérimentaux ne représente qu’un maigre extrait de l’herstory taïwanaise, elle reflète ses différentes dimensions et la nature fluide du « pays ». Dans ces œuvres, nous avons découvert une grande amplitude de médiums (film / vidéo) et d’expérimentations formelles : abstraction, animation, journal filmé, documentaire. Enfin, les récits sont constitués du flux et reflux de l’expérience humaine.

Les formes mêmes sont très différentes : ces œuvres sont la cristallisation de morceaux de vie, elles se forment à partir de la réussite d’une sorte d’expérience initiatique qui se réalise à travers les multiples étapes de la vie. Par exemple, Transcript (the other version) et Emulsion Connection partagent une sensibilité d’enfant dans leur rapport au foyer et aux souvenirs d’enfance ; The Window of Desire réfléchit sur un rêve d’adolescence et l’auto-transformation du corps et du désir ; Sucker’s Love utilise simplement un album de famille pour raconter les amours malheureuses entre soi et sa famille ; Transactions raconte l’émotion sincère qui émerge entre une mère dévouée et une fille en introspection ; enfin How Old Are You? How Old Were You? emploie une symbolique et un langage visuel adulte pour décrire la maternité et le cercle de la vie. Ce thème de l’eau, des mères, des filles, est féminin de façon universelle, pourtant, à un certain niveau, ces œuvres n’existeraient pas si les milieux des politiques du genre et du cinéma expérimental à Taïwan ne s’étaient pas croisés.

Pour résumer : dans les années 1980, Taïwan reçoit le féminisme radical des États-Unis. Dans les années 1990, notre propre théorie queer et le mouvement pour les droits LGBT s’épanouissent. Puis dans les années 2000, une nouvelle identité nationale se formule chez les jeunes générations. La reformulation de l’identité est toujours un enjeu à Taïwan : l’île évolue constamment, notre conjoncture reste dans un état flottant toujours en devenir. En se concentrant sur des films expérimentaux récents, il est possible de sentir que l’évolution des politiques sociales s’incarne dans les créations artistiques personnelles. En un sens, le slogan « Le personnel est politique » partage des racines profondes avec chacune des perspectives ouvertes par le cinéma expérimental. On peut trouver des films traitant de sujets de société dans des genres cinématographiques plus accessibles, mais l’esprit de la connaissance de soi par les femmes est l’essence que toutes ces œuvres ont en commun. Une forme alternative de radicalité se manifeste dans ces films, une décolonisation du male gaze (construction du regard au cinéma prédéfinie par la masculinité) qui se concentre sur les problématiques socio-économiques. Pour les remplacer : des expériences personnelles, l’exploration sexuelle, la méditation, le sentiment de son espace et la conscience constituent des visions d’elles-mêmes.

Par ailleurs, après la Nouvelle Vague Taïwanaise, le renouveau du cinéma commercial des années 2000 parvient à brider les pratiques de cinéma relevant de l’art pour l’art. Il est important de continuer à voir ces pratiques alternatives comme un moyen de résistance au cinéma dominé par les hommes et vendu à l’industrie. Beaucoup de ces œuvres sont réalisées par des cinéastes ayant reçu leur formation à l’étranger, celle-ci n’étant pas accessible localement. Beaucoup développent alors une certaine nostalgie et expriment leurs interprétations de la conscience de son espace et du pays natal. C’est le cas de The Islands qui utilise des images d’autres lieux pour composer en un puzzle le chemin onirique qui ramène chez soi. Ou encore Flow où secrée un voyage spirituel à travers des images en mouvement abstraites et rythmiques. Grâce à ces pratiques, elles acquièrent leurs propres voix et expressions singulières dans la réalisation cinématographique.


Tzuan Wu (The Other Cinema)

Le collectif The Other Cinema réunit des artistes et curateur.ice.s basés à Taipei, Taïwan. Leur intérêt porte principalement sur la façon dont un film ou des images en mouvement peuvent circuler en dehors de l’espace du cinéma, dans le but d’enquêter sur de possibles histoires filmiques non-orthodoxes.

Tzuan Wu réalise des films expérimentaux. Il aime manipuler des images hétérogènes, des sons et des textes, et questionner la construction de la narration et de l’individualité. Ces dernières années il a principalement travaillé en Super 8 et 16 mm, tout en s’intéressant aux intersections possibles entre les techniques argentique et numérique. Il est diplômé de la New School, à New York, et à l’Université Tsing Hua à Taïwan en gender et cultural studies. Son travail a été montré à l’international, et dans plusieurs festivals, dont le BFI Flare (Londres), l’International Film Festival Rotterdam (Pays-Bas), Crossroads (San Francisco), Xposed International Queer Film Festival (Berlin), Golden Harvest Film Festival (Taïwan), MixNYC (New York), et a remporté un prix au Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris en 2013.

Taiwan Docs, sous la tutelle du Taiwan Film Institute, a pour objectif de promouvoir les documentaires taïwanais à l’étranger, et d’aider les cinéastes locaux à toucher un plus large public. Cette structure se définit comme une « fenêtre » entre les programmateurs de festivals ou de structures de programmation, ou simplement toute personne intéressée par les documentaires taïwanais, et les cinéastes.